http://www.quellehistoire.com

LE ROMAN DE RENART

Anonyme (12ème-13ème siècle)

Texte en ancien français

Texte libre de droits


Seigneurs, oï avez maint conte
Que maint conteres vos aconte,
Conment Paris ravi Helayne,
Les maux qu'il en ot et la paine, 4
De Tristram qui La Chievre fist,
Qui assez belement en dist
Et fables et chançons de geste,
Romanz de lui et de sa geste, 8
Maint autre conte par la terre.
Mes onques n'oïstes la guerre,
Qui mout fu dure de grant fin,
Entre Renart et Ysengrin, 12
Qui mout dura et mout fu dure.
Des .II. barons, ce est la pure,
Onques ne s'entramerent jor.
Mainte mellee et maint estor 16
Ot entr'eus .II., ce est la voire.
Des or conmenceré l'estoire
Et de la noise et del content.
Or orrez le conmencement 20
Par qoi et par quel mesetance
Fu entre eus .II. la desfiance.
Or oez, si ne vos anuit.
Je vos conteré par deduit 24
Conment il vindrent en avant,
Si con je l'ai trouvé lisant,
Qui fu Renart et Ysengrin.
Je trovai ja en .I. escrin 28
.I. livre : Aucupre avoit non.
La trovai je mainte reson
Et de Renart et d'autre chose
Dont l'en doit bien parler et ose. 32
A une grant letre vremeille,
La trovai je mainte merveille.
Se je ne la trovasse el livre,
Je tenisse celui por yvre 36
Qui dite eüst tele aventure,
Mes l'en doit croire l'escripture.
A desenor muert a bon droit
Qui n'ainme livre ne ne croit. 40


Aucupre dit en cele letre
-Bien ait de Dieu qui l'i fist metre !
Come Diex ot de paradis
Et Adam et Evam fors mis 44
Por ce qu'il orent trespassé
Ce qu'il lor avoit conmandé.
Pitiez l'en prist, si lor donna
Une verge, si lor mostra 48
Quant il de riens mestier avroient,
De cele verge en mer ferroient.
Adam tint la verge en sa main,
En mer feri devant Evain. 52
Si tost con en la mer feri,
Une brebiz fors en sailli.
Lors dist Adam : " Dame, prenez
Ceste brebiz, si la gardez : 56
Tant vos donra let et fronmage.
Assez i avrons compenage. "
Evain en son cuer porpensoit
Que s'ele encor une en avoit, 60
Plus bele estroit la compaingnie.
Ele a la verge tost saisie,
En la mer feri roidement :
.I. leus en saut, la brebiz prent. 64
Grant aleüre et grant galos,
S'en va li leus fuiant au bos.
Quant Eve vit qu'ele a perdue
Sa brebiz, s'ele n'a aüe, 68
Bret et crie forment : " Ha ! ha ! "
Adam la verge reprise a,
En la mer fiert par mautalent :
I. chien en saut hastivement. 72
Qu'il voit le leu, si lesse corre
Por la brebiz qu'il velt rescorre.
Il li resquest : mout a enviz
La laisse li leus la brebiz ; 76
Si feroit il encor demain,
S'il la tenoit a bois n'a plain.
Por ce que mesfet ot li leus,
Au bois s'en foui tot honteus. 80
Adam ot son chien et sa beste,


Si en ot grant joie et grant feste.
Selonc la sentence del livre,
Ses .II. bestes ne puent vivre 84
Ne durer mie longuement,
S'eles n'estoient avec gent.
Ne savez beste porpenser
Miex ne s'en puisse consievrer. 88
Toutes les foiz c'Adam feri
En la mer, que beste en issi.
Cele beste si retenoient,
Quele que fust, et aprivoient. 92
Celes que Eve en fist issir,
Ne pot il onques retenir.
Si tost con de la mer issoient,
Aprés le leu au bois aloient. 96
Les Evain asauvagisoient,
Et les Adam aprivoisoient.
Entre les autres en issi
Le gorpil, si asauvagi. 100
Rous ot le poil conme Renart,
Mout par fu cointes et gaingnart :
Par son sens totes decevoit
Les bestes quanqu'il en trovoit. 104
Icil gorpil nos senefie
Renart qui tant sot de mestrie.
Touz ceus qui sont d'engin et d'art
Sont mes tuit apelé Renart. 108
Por Renart et por le gorpil
Mout par sorent et cil et cil.
Se Renart set genz conchïer,
Le gorpil bestes engingnier. 112
Mout par furent bien d'un lignage
Et d'unes meurs et d'un corage.
Tout ensement de l'autre part
Ysengrin li oncle Renart : 116
Le leu fet du gorpil neveu,
Et le gorpil oncle du leu.
Sifaitement con je vos di,
Sont entre eus parent et ami : 120
Ne s'apartienent autrement,
Se mes bons livres ne me ment.


Por ce que le gorpil disoit,
Qant il avec le leu aloit :
" Biaus oncles, que volez vos fere ? ",
Le voloit a s'amor atrere.
Li leus disoit par amor fine
Au gorpil vers qui n'ot haïne.
Par amistié s'entrapeloient
Oncle et neveu quant se voient.
A Renart puet on bien aprendre
Grant sens qui bien i velt entendre,
Car cil Renart nos senefie
Ceus qui sont plain de male vie,
Qui ne finent del agaitier
Con puissent autrui engingnier ;
Ne ja le fel liez ne sera
Le jor q'autrui n'engingnera.
A l'engingnier li sont honi
Privé, estrange et ami.
Ja .I. sol n'en espargnera,
Ja si chier ami ne sera.
Et avec cele felonnie
A il le cuer tot plain d'envie,
Et envie est cele racinne
Ou touz li max pranent orine.
Avec felonnie et envie
Escharsetez est lor amie,
Et escharsetez est tel chose
Que tout jors a la borse close.
Escharsetez est une vice
Qui forment aime avarice.
Avarice a le mont sorpris :
Cil est clamez dolent chaitis,
Se rente n'a, se il n'usure.
Or ai passé outre mesure,
Que cil qui les granz rentes ont,
Ce sont cil qui grant mal en font.
Mout en puet l'en vilment parler,
Mes je n'ai soing de plus conter.
Une riens vos voil conmencier :
Ne vos devez esmerveillier,
Se j'ai mis en cest mien traitié

124

128

132

136

140

148

152

156

160


Que de Renart ai conmencié
Si con l'en parole d'autrui,
Con vos porroiz oïr encui
De dant Renart et d'Ysengrin,
Car ce content nostre voisin
Que une anesse parla ja
Que .I. prophete chevaucha.
Balaam l'oï apeler,
Por ce le sai ici nomer.
Bellaac .I. roi l'ot mené
Tant li ot pramis et donné
Par mautalent et par grant ire,
Tout le pueple Israel maudire.
Nostre sire nel volt soufrir,
Son ange fist devant venir,
A une bien trenchant espee
La voie a a celui veee.
Cil point l'asne de l'aguillon
Par derriere seur le crepon,
Des esperons le destraingnoit,
Et du chevestre le feroit.
L'asne n'osoit avant aler,
Par force li covint parler,
Et Diex le volt qu'ele parla,
Et le prophete raconta :
" Di va, fait il, lesse m'ester,
Diex ne me lesse avant aler. "
Cil Diex, si li vient a plaisir,
Puet encore bien consentir
A parler les bestes sauvages,
Et les usuriers fere larges.
Or avez bien oï a tant
Conment il sont venu avant
Renart et Ysengrin li leus.
Or redevez oïr des deus :
Je vos conteré de lor vie,
Ce que j'en sai, une partie.
Toz malades, plain de reancle,
Vint .I. jor Renart chiés son oncle.
Dist Ysengrin : " Renart, q'as tu ?
Mout te voi ore confondu. "

164

168

172

176

180

188

192

196

200

204


Ce dist Renart : " Malades sui.
-Voire, biau niez, menjas tu hui ?
-Nenil, sire, n'en ai talent.
-Levez vos sus, dame Hersent,
Fetes li .I. petit de haste
De .II. roignons et d'une rate. "
Renart se seoit touz embrons,
Pensoit qu'il avoit fet bacons.
.I. petitet leva la teste,
.III. bacons vit pendre a la feste.
En sorriant as bacons dist :
" Mout par est fox qui la vos mist.
Haï ! biax oncles Ysengrin,
Ja sont il tant malvez voisin.
Tiex puet la voz bacons veoir
Qui en voudra sa part avoir !
Isnelement les despendez,
Dites qu'en les vos a emblez. "
Dist Ysengrin : " N'en goutera
Tiex, con je cuit, qui les verra. "
Dont conmença Renart a rire :
" Nel porrez, dist il, escondire,
Tiex hons vos em porroit rover. "
Dist Ysengrin : " Lessiez ester.
Je n'ai frere, neveu ne niece
Qui j'en donnasse une piece. "
Por lui le dist et por son pere
Et por sa fame et por sa mere.
Ne demora mie granment
Que Renart vint tot coiement
En sa meson, quant il dormi ;
Tout coiement la descovri.
Par tel vertu assaut ses cors,
Les .III. bacons en gita fors.
En sa meson les enporta
Et par pieces les despeça,
En son lit les mist en l'estrain.
Ysengrin est levez bien main,
Il vit sa meson descoverte
Et de ses .III. bacons la perte.
" Ahi !, dist il, dame Hersent,

208

212

216

220

224

228

232

236

240

244


Conchïé sonmes laidement. "
Ele saut sus conme desvee
Toute nue et eschevelee.
" Diex, dist ele, qui a ce fait ?
Ci a estout donmage et lait. "
Ne le sevent sor qui souchier,
N'a entre eus .II. que coroucier.
Conme ce vint aprés mengier,
Renart s'en vint esbanoier
En la meson mout lieement,
Son oncle trove mout dolent.
" Oncle, dist il, que avez vos ?
Pensis vos voi et corouços.
-Biau niez, dist il, bien sai de qoi.
Perdu sont mi bacon tuit troi,
S'en ai au cuer dolor et ire.
-Oncle, dist il, or devez dire.
Se vos dites a val la rue
Que cele char aiez perdue,
Puis ne vos en rovera mie
Parent ne ami ne amie.
-Biax niez, fet il, por voir te di,
Perdu les ai, ce poise mi. "
Renart respont : " Ainz n'oï tal :
Tiex se plaint n'a mie de mal.
Bien sai qu'en sauf les avez mis
Por vos parenz, por vos amis.
-Di va, fet il, es tu gabierre ?
Foi que tu doiz l'ame ton pere,
Et ne croiztu ce queje di ?
-Tout tens dites, dist Renart, si.
-Renart, ce dist dame Hersens,
Je cuit vos estes fors du sens.
Se nos nes eüssons perduz,
Ja escondit n'en fust renduz.
-Dame, dist il, je le sai bien
Que mout savez d'art et d'engien.
Nequedent tant i a de perte,
Vo maison avez descoverte :
Or dites par la en sont tret.
-Par Dieu, Renart, si sont il fet. "

248

252

256

260

268

272

276

280

284


Renart respont : " Ce devez dire.
-Renart, n'en ai talent de rire.
Ce poise moi qu'il sont perdu,
Grant donmage i avon eü. "
A tant s'en va Renart joianz,
Et cil remestrent tuit dolenz.
Ce fu des enfances Renart.
Tant aprist puis d'engin et d'art
Que il en fist puis maint anui
Et a son oncle et a autrui.
Cil plet fu a tant definez,
Et Renart s'est acheminez,
Et s'en vet par le bois fendant.
Entre .I. tertre et .I. pendant
S'en vet Renart les saus menuz.
Ses amis a bien confonduz,
Car bien est des bacons delivre.
Fuiant s'en vet tot a delivre,
Onc ne fina et tant s'esgaie
Qu'il s'en bati en une haie,
Par desus une fosse oscure.
La li avint une aventure
De qoi il li anuie et poise,
Qar par ce conmença la noise
Par mal pechié et par deable
Vers Ysengrin le connestable.
Quant il vit la chevee roge,
Ne set que est, avant s'aproche
Por enquerre et pour savoir
S'en i avoit repost avoir.
Ainz n'en sot mot que il s'avale,
Lors s'en torna en mi la sale
Dant Ysengrin son bon ami,
Qatre loviax gesant en mi
Et ma dame Hersent la love
Qui ses loviax norrist et cove.
Novelement ert acouchie,
A chascun donnoit sa bouchie,
Mes n'avoit pas son chief covert.
Garda, si vit l'uis entrovert
Et la clarté qui trop li grieve.

288

292

296

300

308

312

316

320

324


Por regarder sa teste lieve 328
Por savoir qui la ert venuz.
Renart fu grelles et menuz,

Muciez estoit derier la porte,
Et Hersent qui mout s'en conforte, 332

Le connut bien a la piau rouse.
Ne puet muer qu'el ne s'escosse,
Si li a dit tout en riant :

" Renart, qu'alez vos espiant ? " 336
Quant Renart sot qu'il ert veüz

Et qu'il estoit aparceüz,
Adonc fu il touz desconfiz,
De honte avoir est il toz fiz. 340

N'ose mot dire, tant se doute
Que laiens ne veoit l'en goute.
Et Hersent solieve le chief,

Si le rapele de rechief 344

Et acene a son gresle doit :
" Renart, Renart, la piau le doit
Que soiez fel et deputaire.

Onc ne me vosistes bien faire, 348
Ne ne venistes la ou g'iere.

Je ne sai riens de tel compere
Qui sa conmere ne revide. "
Renart a grant peor et hide, 352

Ne puet muer ne li responde :
" Dame, fet il, Dex me confonde,

S'onques por mal ne por ahine
Ai eschivé vostre gesine ; 356
Ainz i venisse volentiers.

Mes quant je vois par ces sentiers,
Si m'espie dant Ysengrin
Et par voie et par chemin. 360

Por ce si ne sai que je face,
Tant con vostre mari me hace.
Mout fet grant pechié qu'i me het,

Mes li mens cors mal dahez et 364

S'onques li fis chose nisune
Dont me deüst porter rancune.
Por ce n'os vers vos reperier,

Si m'en puis mout forment irier. 368


Je vos aim, dist il, par amors,
Si en a fait maintes clamors
Par ceste terre a ses amis,
Et si lor a avoir pramis
Por moi fere laidure et honte.
Mes dites moi, a moi que monte
De vos requerre tel folie ?
Certes je nel feroie mie,
Ne tel parole n'est pas bele. "
Quant Hersent entent la novele,
De mautalent tressue et art.
" Conment, fet el, sire Renart,
Est en dont parole tenue ?
Certes mar i fui mescreüe.
Tel cuide sa honte vengier,
Qui acroist son grant en combrier.
Ne m'est or pas honte nel die,
Onques n'i pensai vilanie.
Mes por ce qu'il s'en est clamez,
Voil ge certes que vos m'amez,
Si revenez sovent a mi,
Et ge vos tendré por ami.
Acolez moi, si me besiez.
Or en estes bien eesiez :
Ci n'a qui encuser nos doie. "
Renart en demainne grant joie
Et vient avant si l'a besie.
Hersent a la cuisse haucie,
A qui mout plesoit cel ator.
Et Renart s'en ist de la tor,
Qui crient que Ysengrin ne viengne,
Et mout doute qu'il n'i sorviengne.
Mes neporquant ainz qu'il s'en isse,
Vient as loviaus, si les compisse
Si con il erent arengié
Si a tout pris et tot mengié
Et gete fors quant qu'il i trouve,
Tote la viez char et la nove.
Ses a de lor lis abatuz
Et laidengiez et bien batuz,
Autresi con s'il fust lor mestres.

372

376

380

384

388

392

396

400

404

408


Ses clainme avostre et filastres
Priveement conme celui
Qui ne se doute de nului
Fors que dame Hersent s'amie
Qui ne l'en descoverra mie.
Les loviax a lessiez plorant.
Dame Hersent lor vint devant,
Si les a blandiz et proiez :
" Enfanz, dist ele, ne soiez
En vostre cuer si fel ne sot
Que vostre pere en sache mot,
Ne ja ne li soit conneü
Que Renart soit çaiens venu.
-Qu'est ? deable, nos celerons
Renart le rous, que tant haons
De mort, qu'avez ci receü
Et nostre pere deceü,
Qui en vos avoit sa fiance ?
Ja, se Dieu plest, tele viltance
Dont nos somes si laidengié
Ne remaindra ne soit vengié. "
Renart les oï gorgocier
Et vers la mere coroucier,
Si s'est tantost mis a la voie
Le col bessié que nul nel voie,
Si va porchacier son afere.
A tant estes vos qu'il repaire
Dant Ysengrin a sa mesnie
Qui soz la roche est entesnie.
Tant a coru et tant tracié
Et tant porquis et tant tracié
Que toz est chargié de vitaille.
D'autrui donmage ne li chaille,
Si a trovee sa mesniee
Que Renart ot estoutoiee.
Si fil se sont a lui clamé
Que batuz sont et disfamé
Et compissiez et traïnez
Et laidengiez et puis clamez
Fil a putain, bastart avoltre.
" Et encore dist il tot outre

412

416

420

424

428

432

436

440

444

448


Certes que vos estïez cous. "
Lors s'est Ysengrin d'ire estous,
Quant de sa fame oï le blasme,
A bien petit qu'il ne se pasme.
Il ulle et bret come desvez :
" Hersent, or sui je mal menez,
Pute orde vis, pute mauvese.
Je vos ai norrie a grant aise
Et bien gardee et bien peüe,
Et .I. autre vos a foutue.
Mout est tes corages muanz,
Quant Renart, cil rous, cil puanz,
Cil vil lechierres, cil garçons,
Vos monta entre les arçons.
Par les iauz Dieu, mar i fui cous.
Honi m'avez tot a estrous.
Ja mes ne gerroiz lez ma coste,
Quant receü avez tel hoste,
Se ne faites tot mon voloir. "
Ja se peüst Hersent doloir,
Se ne l'eüst acreanté
Tot son bon et sa volenté :
" Sire, fet elle, vos diroiz :
Corociez estes, n'est pas droiz
Que vos mostrez ici vostre ire,
Que se m'en lessiez escondire
Par serement ne par joïse,
Gel feroie par tel devise
C'on me feïst ardoir ou pendre,
Se ne m'en pooie desfendre ;
Si vos afi ensorquetout
Que mon pooir en feré tout
De ce que vodroiz deviser. "
Cil ne set plus que demander ;
Il ot que ele dit assez.
Ses mautalanz est trespassez,
Mes que il li ait fet jurer
Que ja mes ne lera ester
Renart, s'ele le puet veoir.
Or se gart, si fera savoir.
Dant Ysengrin fu rehetiez,

452

456

460

468

472

476

480

484

488


Et dist qu'or iert Renart guetiez 492
Sovent ainz que la guere parte,
Que foux sera s'il ne s'i garde.

De lui guetier sont en grant poine,
Mes ainz que passast la semaine, 496
Lor avint aventure estrange.

Einsint conme la voie change,
Lez .I. essart, delez .I. clos,
La dut estre Renart enclos. 500
L'en avoit ja les pois soiez,

Et le pesaz estoit lïez
Et amassé et tret en voie.
La savoit bien Renart la voie : 504

Venuz i estoit por furgier
Et por enquerre et por surgier
Dont il poïst avoir viande.

Ysengrin qui el ne demande 508

Mes que il tenir le peüst,
Besse la teste, sel connut,
Jeta .I. brait, si s'escria.

Renart qui point ne s'afia 512
L'a bien oï et entendu,

Si s'en fuit a col estendu.
Aprés se metent el chemin
Entre Hersent et Ysengrin. 516
Il se poinent de lui chacier,
Mes ne se puent avancier.

Renart corut la voie estroite,
Et Ysengrin corut la droite, 520

Et Hersent s'esforça de poindre,
Qui a Renart se voldra joindre.
Vit Ysengrin si a failli,

Que Renart d'autre part sailli. 524
Ysengrin se rest adreciez.
De ce fu Renart correciez,
Ne s'ose a lui abandoner,
Ainz ne fina d'esperonner 528

Jusqu'a l'entree d'un val crues.
Quant il i vint, s'i entra lues,
Quant vit dame Hersent s'amie

Qui vers lui iert si engramie. 532


Il vit qu'il n'avoit de lui garde,
Mes Hersent fist mout que musarde.
Aprés Renart en la fosse entre
De plein eslés desi au ventre.
Le chastel Renart ert mout forz,
Et Hersent par si grant esforz
Se feri dedenz la tesniere
Qu'el ne se pot retrere ariere.
Quant Renart vit qu'ele estoit prise,
Ne volt lessier en nule guise
Que il n'alast a lui gesir
Et faire de lui son plesir.
Par .I. petit qu'ele ne crieve,
Que la fosse et Renart li grieve,
Que la fosse desus l'estreint,
Et Renart par devers l'enpaint.
El n'a ilec qui la resqueue,
Mes que seulement de sa queue
Qu'ele estreint si devers ses reins,
Que des .II. pertuis de ses reins
Ne pert nul defors ne dedenz.
Mes Renart prist la queue as denz
Et li reversa seur la croupe
Et les .II. pertuis li destoupe,
Puis si sault sus, liez et joianz,
Si li fait tot ses iauz voianz,
Ou bien li poist ou mal li plaise,
Tot a loisir et a grant aise.
Elle dist, que qu'il li faisoit :
" Renart, c'est force et force soit. "
Renart se test a cui est bel
De ce qu'il li fet le cenbel,
Si bien la paie et tel li done
Que tote la fosse en resone.
Ainz que la chose fust fenie,
Li dist Renart par felonie :
" Dame Hersent, vos disïez
Que ja ne me priserïez
Et que ja mes nel vos feroie
Por seul itant que m'en vantoie.
Ja voir ne m'en escondirai :

536

540

544

548

552

556

560

564

568

572


Se jel fis, encor le ferai,
Fis et ferai, dis et redis,
Plus de .VII. foiz, voire de dis."
Ont l'afere reconmencié
Ainz qu'il eüssent partencié.
Ez vos poignant par mi les broces
Ysengrin qui s'enbat es noces.
Ne se pot mie tant tenir
Que il poïst a aus venir,
Ainz s'escria mout hautement :
" Renart, Renart, tot belement,
Par les sainz Dieu, mar m'i honistes. "
Renart fu remuanz et vistes,
Si lia dit tot en alant:
" Syre Ysengrin, cest maltalant
Ai ge conquis par bel servise !
Veez con Hersent est ci prise !
Se je l'aïde a delivrer
De cest pertuis et a oster,
Por ce si estes effreez ?
Por Dieu, biau sire, ne creez
Que nule riens li aie fete,
Ne draz levez, ne braie trete.
Ainz, par cest cors ne par cest ame,
Ne forfis riens a vostre fame.
Et por moi et por lui desfendre
Par tot la ou le vodroiz prendre,
.I. serement vos aramis
Au los de voz meillors amis.
-Serement ? traïtres provez !
Voir por noient vos en covrez :
Ne controverez ja mençonge,
Ne vaine parole ne songe.
N'i convient nule coverture :
Tote est aperte l'aventure.
-Avoi, ce dist Renart, biau sire,
Vos porrïez assez miex dire :
Ice maintenir ne devez.
-Conment ? Ai ge les iauz crevez ?
Quidiez que je ne voie goute ?
En quel terre empaint l'en et boute

576

580

584

588

592

596

600

604

608

612


Chose que l'en viaut a soi trere,
Con je vos vi a Hersent fere ?
-Par foi, sire, ce dist Renart,
Vos savez qu'en engin et art
Si vaut a chose mainbornir
Qu'en ne puet a force fornir.
Hersent est prise en ceste fosse,
Qui mout est voir espesse et grosse :
En nul sens traire ne l'en puis
A reculons par cest pertuis.
Ele i est jusque au ventre entree,
Et la fosse a petite entree,
Mes ele est de lonc auques graindre :
Por ce la voloie enz enpaindre.
Mes por noient a moi la sache,
Que j'oi l'autrier la jambe quasse.
Or en avez oï la voire,
Si m'en devez a itant croire,
Se vos controver ne voulez
Achoison, con fere soulez.
Et quant la dame ert de ci traite,
Je ne cuit clameur en soit faite,
Ne ja, s'ele ne velt mentir,
Ne l'en orrez .I. mot tentir. "
A icest mot s'est entesniez,
Quant se fu assez desresniez.
Ysengrin fu de l'autre part,
Si voit Renart qu'esprent et art,
Qui l'a honi ses eulz voiant,
Puis si le gabe et va moqant.
Mes il n'a or soing de plaidier,
Ainz se redrece por aidier
Sa fame qui va male voue.
Il l'a saisie par la quoue :
De tel vertu a soi la tire
Que Hersent est en tel martire
Que il li covient par angoisse
Que le pertuis derriere croisse.
Ysengrin voit qu'ele se vuide :
Or l'avra il, si con il cuide.
.I. petitet s'est tret arriere ;

616

620

624

628

632

636

640

644

648

652


Il voit qu'ele est en la chariere,
Si s'est .I. petit alaschie.
Hersent ne pot estre sachie,
S'il ne la tret, il ert dolenz.
Il n'est pas pereceus ne lenz :
As ongles s'est pris et si grate,
Tret la terre fors a la pate,
Grate de la et puis de ça.
Deables l'avront, s'il ne l'a.
Quant il en a assez osté
Et sus et jus et au costé
Vint a Hersent, si la soufache.
Et quant il la trove .I. poi lasche,
Empaint et tire et sache et boute :
A poi la qeue ne ront toute,
Mes ele estoit bien atachie.
Tant l'a empainte et fort sachie,
Que, merci Dieu, bien s'est tenue
Tant que Hersent est fors issue.
Traite l'en a a mout grant paine,
A poi que ne li faut l'alaine.
Il voit Renart qui poi le doute,
Car il s'est mis dedenz sa croute.
Quant Ysengrin la vit delivre :
" Haï ! fet il, pute orde vivre,
Pute serpent, pute colevre,
Bien ai veüe toute l'uevre.
Bien me set Renart acoupir :
Je le vi sor voz rains gesir,
Ne vos en pouez escondire. "
Par poi Hersent n'enrage d'ire
Por Ysengrin qui si la chose.
Mes nequedent toute la chose
De chief en autre li raconte :
Sire, il est voir qu'il m'a fet honte,
Mes n'i ai mie tant mesfet,
Endroit ce que force m'a fet.
Lessiez ester tot cest contrere :
Ce qui est fet n'est mie a fere ;
C'est outre : a el entendez.
Ja cist mesfet n'ert amendez

656

660

668

672

676

680

684

688

692

696


Par chose que nos en dion.
A la cort Noble le lion
Tient on les ples et les oiances

De mortiex guerres et de tences : 700
La nos irons de lui clamer.
Bien tost le pourez amender,

Se ce puet estre a cort porté. "
Cest mot a tout reconforté
Sire Ysengrin le coroucié :

" Certes, fet il, trop ai groucié
Mout ere fox et poi savoie,
Mes cist conseus m'a mis a voie. 708
Mar vit Renart son grant desroi,
Sel puis tenir a cort de roi. "

Si conme Renart manja le poisson aus charretiers

Seignors, ce fu en cel termine
Que li doz tens d'esté define 712
Et yver revient en saison,
Que Renart fu en sa maison.
Sa garison a despendue ;
Ce fu mortel descovenue. 716
N'ot que donner ne que despendre,
Ne ses detes ne pouet rendre,
N'a que vendre ne qu'acheter,
Ne s'a de coi reconforter. 720
Par besoing s'est mis a la voie,
Tot coiement que nus nel voie
S'en vet par mi une jonchiere.
Entre le bois et la riviere 724
A tant fet et tant a alé
Qu'il entre en .I. chemin ferré.
El chemin se croupi Renarz,
Si coloie de toutes parz. 728
Ne set sa garison ou querre,
Et la fain li fet sovent guerre ;
Ne set que fere, si s'esmaie.
Lors s'est couchiez lez .I. haie : 732
Ilec atendra aventure.
A tant es vos grant aleüre


Marcheanz qui poisson menoient
Et qui devers la mer venoient.
Harenz fres orent a plenté,
Que bise avoit auques venté
Trestoute la semainne entiere ;
Et bons poissons d'autre maniere
Orent assez, granz et petiz,
Dont lor paniers furent garniz,
Que de lanproies que d'anguilles
Qu'il orent acheté as villes.
Bien fu chargie la charrete,
Et Renart qui le monde abete
Fu bien loing d'eus pres d'une archie.
Quant vit la charrete chargie
Des anguilles et des lanproies,
Fichant muçant par mi ces haies
Cort au devant por els deçoivre.
Ainz ne s'en porent aparçoivre,
Lors s'est couchiez en mi la voie.
Or oez conment les desvoie :
En .I. gason s'est touoilliez
Et conme mort apareilliez.
Renart qui tot le mont engingne,
Les eulz clot et les denz rechingne,
Si tenoit s'alaine en prison.
Oïstes mes tel traïson ?
Illeques est remés gesanz.
A tant es vos les marcheanz,
De ce ne se prenoient garde.
Le premier le vit si l'esgarde,
Si apela son compaingnon :
" Vez la ou gorpil ou tesson. "
Li .I. le voit, si s'escria :
" C'est .I. gorpil, va ! sel pran, va !
Filz a putain, gart ne t'eschat !
Or savra il trop de barat,
Renart, s'il ne lesse l'escorce. "
Li marcheant d'aler s'esforce
Et ses compains venoit aprés.
Quant il furent de Renart pres,
Le gorpil trovent enversé.

736

740

744

748

752

756

760

764

768

772


De toutes parz l'ont reversé, 776
Pincent le col et puis la coste :
Il n'ont pas peor de tel oste.
Li .I. a dit : " .IIII. sols vaut. "
Li autre a dit : " Assez plus vaut, 780
Ainz valt .v. sols a bon marchié.
Ne somes mie trop chargié,
Jetons le en nostre charete.

Vez con la gorge a blanche et nete. " 784
A cest mot se sont avancié,
En la charete l'ont chargié,

Et puis se sont mis a la voie.

Li un a l'autre en font grant joie, 788
Et dient ja n'en feront el,
Mes enquenuit a lor ostel

Li reverseront la gonnele.
Or ont il auques la favele, 792

Mes Renart n'en fet que sourire,
Que mout a entre fere et dire.
Sor les paniers se gist adenz,

Si en a .I. overt as denz, 796

Et si en a, bien le sachiez,
Plus de .xxx. harenz sachiez.
Auques fu vuidiez li paniers,

Qu'il en menja mout volentiers : 800

Onques n'i quist ne sel ne sauge.
Encor ançois que il s'en auge,
Getera il son ameçon,

Il n'en ert mie en soupeçon. 804
L'autre panier a asailli,
Son groing i mist, n'a pas failli

Qu'il n'en traisist fors des anguilles.
Renart qui sot de tantes guiles, 808
.III. hardiaus mist entor son col.

De ce ne fist il pas que fol :
Son col et sa teste passe outre,
Les hardeillons mout bien acoutre 812
Desor son dos que bien s'en covre.

Des or puet il bien lessier ovre,
Or li estuet enging porquerre
Conment il vendra jus a terre. 816


N'i trove planche ne degré.
Agenoilliez s'est tot de gré
Por esgarder a son plaisir [6b]

Conment il puisse jus saillir. 820

Lors s'est .I. petit avanciez,
Des piez devant s'estoit lanciez
De la charete en mi la voie,

Entor son col porte sa proie. 824
Aprés, quant il ot fet son saut,
As marcheanz dist : " Diex vos saut !

Cil hardel d'anguilles sont nostre,
Et li remenant si est vostre. " 828
Et quant li marcheant l'oïrent,

A merveille s'en esbaïrent,
Si escrient : " Vez le goupil ! "

Cil saillirent au charretil 832
Ou il cuiderent Renart prandre,
Mes il ne volt pas tant atendre.

Li premier dist quant se regarde :

" Si m'aït Diex, mauvese garde 836
En avonmes pris, ce me semble. "
Tuit fierent lor paumes ensemble.

" Las, dist li .I., con grant donmage
Avon eü par nostre outrage ! 840

Mout estion fol et musart
Trestuit qui creïon Renart.
Les paniers a bien soufaschiez,

Si les a auques alegiez, 844

Que .II. granz anguilles enporte.
La male passion le torde ! "
" La ! font li marcheant, Renart,

Mout par estes de male part. 848
Mau bien vos puissent eles fere ! "

Et Renart li prist a retrere :
" Vos direz ce qu'il vos plera,
Je sui Renart qui s'en taira. " 852

Li marcheant vont aprés lui,
Mes il nel bailleront mes hui,
Car il ot trop ignel cheval.

Ainz ne fina par mi .I. val 856
Tant que il vint a son plaisié.


Lors l'ont li marcheant lessié
Qui por mauvez musart se tiennent.
Recreant sont et si s'en viengnent, 860
Et cil s'en va plus que le pas
Qui passé ot maint mauvés pas,
Et vint a son ostel tout droit
Ou sa mesnie l'atendoit. 864
Encontre lui sailli sa fame
Hermeline, la preude dame,
Qui mout estoit cortoise et franche,
Et Percehaie et Malebranche 868
Qui estoient ambedui frere.
Cil se lievent contre lor pere
Qui s'en venoit les menuz sauz,
Gros et saous et liez et bauz, 872
Les anguilles entor son col.
Mes qui que le tiengne por fol,
Aprés lui a close la porte
Por les anguilles qu'il emporte.

Si conme Renart fist Ysangrin moine

Or est Renart dedenz sa tor,
Si filz li font mout grant ator.
Bien li ont les jambes torchies

Et les anguilles escorchies, 880
Puis les couperent par tronçons.
.II. hastiers firent de plançons

De codre et enz les ont boutez,

Et li feus fu tost alumez 884
Qu'il orent buche a grant plenté,
Puis l'ont de totes parz venté.
Lors les ont mises sor la brese
Qui des tisons lor fu remese. 888

Endementiers que il cuisoient
Les anguilles et rostissoient,
Es vos mon seignor Ysengrin

Qui erré ot des le matin 892
Jusque a cele heure en mainte terre,
Et onques n'i pot riens conquerre.
Lors s'en torna en .I. essart


Droit devant le chastel Renart, 896
Et vit la cuisine fumer
Ou il ot fait feu alumer,
Ou les anguilles rostissoient
Que si fil es hastes tornoient. 900
Ysengrin en sent la fumee
Qu'il n'avoit mie acostumee.
Adonc conmença a fronchier
Et les barbes a delechier. 904
Volentiers les alast servir
S'i li vosissent l'uis ovrir.
Il se tret vers une fenestre
Por esgarder que ce puet estre. 908
Il se conmence a porpenser
Conment porra laiens entrer,
Car Renart est de tel maniere
Qu'il ne fera riens por proiere. 912
Acroupiz s'est sor une çouche,
De baaillier li delt la boche.
A la parfin se porpensa
Que son conpere proiera 916
Et por Dieu li dont, s'il conmande,
Ou poi ou grant de sa viande.
Lors apele par .I. pertuis :
" Compere, sire, ovrez me l'uis ! 920
Je vos aport de mes noveles,
Je quit que mout vos seront beles."
Renart l'oï, sel connut bien,
Mes de tot ce ne li fu rien, 924
Ançois li a fet sorde oreille.
Et Ysengrin mout s'en merveille
Qui defors fu mout angoisseus
Et des anguilles covoiteus, 928
Si li a dit : " Ovrez, biau sire. "
Et Renart conmença a rire,
Si demande : " Qui estes vos ? "
Et cil respont : " Ce somes nos. 932
-Qui vos ? -Ce est vostre compere.
-Nos cuidions ce fust .I. lerre.
-Non sui, dist Ysengrin, ovrez ! "
Renart respont : " Or vos soufrez 936


Tant que li moine aient mengié

Qui as tables sont arengié.

-Conment ? fet il, sont ce donc moine ? "

Renart respont : " Ainz sont chanoine,

Et sont de l'ordre de Tiron.

Ja, se Dieu plet, n'en mentiron,

Et je me sui renduz o euls.

-Nomini dame, dist li leus,

Avez me vos dit verité ?

-Oïl, par sainte Charité.

-Donques me fetes herbergier.

-Ja n'arïez vos que mengier.

-Dites moi dont, n'avez vos qoi ? "

Renart respont : " Ouil, par foi.

-Or me lessiez donc demander.

-Venistes vos por truander ?

-Nenil, ainz ving voir vostre estre. "

Renart respont : " Ce ne puet estre.

-Et por qoi donc ? " ce dit li leus.

Et dist Renart : " N'est ore leus.

-Or me dites : mengiez vos char ? "

Ce dist Renart : " Ce est eschar.

-Que menjuent donc vostre moine ?

-Je vos diré sanz nule essoine.

Ne menjuent fromages mos,

Mes poisson qui est cras et gros.

Saint Benoioit le nos conmande

Que nos n'aion peor viande."

Dist Ysengrin : " Ne m'en gardoie,

Ne de tot ce mot n'en savoie.

Mes car me fetes osteler ;

Huimés ne saroie ou aler. "

Renart respont : " Mes ne le dites.

Nus, s'il n'est moines ou hermites,

Ne puet ceains avoir ostel.

Mes alez outre, il n'i a el."
Isengrin ot et entent bien

Qu'en la meson Renart por rien

Qu'il puisse dire n'enterra.

Et que volez ? si souferra,

Et neporquant il li demande

940

944

948

952

956

960

964

968

972

976


.I. seul morsel de sa viande :
" Car m'en donnez .I. sol tronçon !
Nel di se por essaier non. 980
-Mes bon fussent eles peschies
Les anguilles et escorchies,
Se vos en daingnïez mengier. "
Renart qui bien sot losengier 984
Prist des anguilles .II. tronçons
Qui rostissent sor les charbons.
Tant fu cuite que toute esmie,
Et desoivre toute la mie. 988
L'un en menja, l'autre en aporte
A celui qui est a la porte,
Lors dist : " Compere, ça venez
.I. poi avant et si tenez 992
Par charité de la pitance
A ceus qui bien sont a fiance
Que vos serez moines encore. "
Dist Ysengrin : " Je ne sai ore 996
Quel je seré, bien porra estre,
Mes la pitance, biau doz mestre,
Que me bailliez isnelement. "
Renart li baille et il la prent, 1000
Qui mout tost en fust delivrez,
Encor en menjast il assez.
Ce dist Renart : " Que vos en semble ? "
Li lechierres fremist et tranble, 1004
De lecherie esprent et art :
" Certes, fet il, sire Renart,
Cil vos ert bien guerredonnez.
Encore .I. seul car m'en donnez, 1008
Biau doz compere, por amordre
Tant que je fusse de vostre ordre.
-Par nos botes, ce dit Renart
Qui mout fu plains de males ars, 1012
Se vos volïez moines estre,
Je feroie de vos mon mestre,
Car je sai bien que li seignor
Vos esliroient a prior 1016
Ainz Pentecoste, ou a abé.
-Avez me vos dit verité ? "


Renart respont : " Ouil, biau sire,
Par mon chief je vos os bien dire, 1020
En vos aroit bele persone
Quant avrïez vestu la gonne
Par desus la pelice grise ;
N'aroit si biau moine en l'iglise. 1024
-Avroie je poisson assez
Tant que je fusse respassez
De cest mal qui m'a confondu ? "
Et Renart li a respondu : 1028
" Mes tant con vos poriez mengier.
-Donques me faites rooingnier. "
Et Renart dit : " Mes rere et tondre. "
Ysengrin conmença a grondre, 1032
Quant il oï parler de rere :
" Or n'i a plus, fet il, compere,
Mes reez moi isnelement. "
Renart respont hastivement : 1036
" Avroiz coronne grant et lee,
Ne mes que l'eve soit chaufee. "
Oïr pouez ici biau gieu :
Renart mist l'iave sor le feu 1040
Et la fist trestoute boillant.
Puis li est revenuz devant,
Et sa teste encoste de l'uis
Li fet bouter par .I. pertuis, 1044
Et Ysengrin estent le col.
Renart qui bien le tint por fol,
L'eve boillant li a jetee
Desus la teste et reversee. 1048
Mout par a fet que male beste.
Et Ysengrin escoust la teste
Et rechine et fet lede chierre.
A reculons se tret ariere, 1052
Si s'escria : " Renart, mort sui.
Male aventure aiez vos hui !
Trop grant coronne m'avez faite. "
Renart li a la langue traite 1056
Bien demi pié fors de la geule :
" Sire, ne l'avez mie seule,
Que autresi l'a li couvenz. "


Dist Ysengrin : " Je cuit que menz. 1060
-Non faz, sire, ne vos anuit,
Mes iceste premiere nuit
Vos covient il metre en esprove,
Que la sainte ordre le nos rove. " 1064
Dist Ysengrin : " Mout bonnement
Feré ce que a l'ordre apent.
Ja mar en serez en doutance. "
Renart en a pris la fiance 1068
Que par lui mal ne lor vendra,
Et a son los se maintendra.
Tant a fait et tant a ovré
Renart que bien l'a asoté, 1072
Et vint a Ysengrin tot droit
Qui durement se complaingnoit
De ce qu'il estoit si pres res,
Que cuir ne poil n'i est remés. 1076
N'i ot plus dit ne sejorné,
Andui se sont d'ilec torné,
Renart devant et cil aprés,
Tant qu'il vindrent d'un vivier pres.

http://www.quellehistoire.com